Historique

Marseille peut s’enorgueillir de posséder dans son patrimoine architectural un élégant édifice religieux du début du 19ème siècle dont la première originalité est de présenter une collection importante d’icônes uniques pour la ville. Près de quarante icônes du XVIIIème siècle au XXème siècle sont rassemblées dans l'église ; un grand nombre d'entre elles sont originaires de Russie.


L’ensemble du lieu de culte témoigne de l’histoire du passé économique de la Ville lors de son entrée dans la «révolution industrielle», ainsi que d’une intégration communautaire parfaitement réussie grâce à un mariage des cultures opéré en profondeur.

Débarquement de denrées sur le port de Marseille, Alphonse Moutte - 1876
Débarquement de denrées sur le port de Marseille, Alphonse Moutte - 1876

A- Deux mots d’histoire : Au tournant du XVIIIème siècle des jeunes gens de familles grecques aisées, originaires d’Anatolie, de la Mer Noire, des Iles de la Mer Egée voire de Constantinople, décident d’unir leur sort à la société nouvelle, engendrée par l’esprit de 1789. Ils retrouvent sur place des populations militaires de retour des campagnes napoléoniennes ainsi que des familles de marins.

 

Ils s’engagent résolument dans la vie économique de Marseille, où ils excellent dans le domaine du négoce céréalier et textile. Ils pratiquent le mécénat et sont à l’origine de nombreuses initiatives sociales, sportives et culturelles. Une plaque commémorative de cet apport ancien à la vie de la cité a été apposée récemment dans le Carré des Grecs du cimetière principal de la ville.

 

En 1820, ils sont assez nombreux et fortunés pour organiser leur société autour de leur culte d’origine, fondé à Pâques de cette même année. Le premier desservant sera l’Archimandrite Arsène YANNUCOS, aumônier réserviste de l’armée bonapartiste, résidant à Paris. (Cf. ECHINARD Grecs et philhellènes à Marseille 1789- 1820).

 

De 1914 à 1922 des centaines de familles chrétiennes chassées d'Anatolie où obligées d'émigrer des îles du Dodécanèses ont été accueillies à Marseille par ce qu'elles appellent encore «la Mère Eglise». Elles ont trouvé refuge dans les quartiers populaires du centre ville : l'Ilot des Carmes, du Panier, et des «Vieux Quartiers» du Port. A côté des Italiens du sud, des Arméniens, des Corses et des Juifs descendants des «Romaniotes», ils ont tissé l'esprit «d'espérance» propre à leur cité d'accueil.

Aujourd'hui, aprés la quatrième génération, on les compte par milliers dans tous les secteurs socio-économiques, scientifiques et culturels locaux.

 

B- Le bâtiment : bien que datant de 1835, il conserve encore le style empire et ne s’alourdit en aucune façon d’emprunts orientalistes qui auront cours à Marseille dans les années suivantes.

 Il fait droit aux obligations incontournables du culte grec sans toutefois négliger le contexte religieux de son époque ; par exemple : la présence atypique pour le culte orthodoxe de vitraux d’excellente facture dont la conception est l’œuvre d’artistes marseillais et dont le champs artistique est d’appartenance catholique. Le contenu religieux reste, cependant, iconographique (par exemple le vitrail monumental de la Dormition de la Mère de Dieu.

 

Quelques dates :

  • Avril 1796 : Première demande aux Autorités françaises pour établir un culte orthodoxe à Marseille.
  • Octobre/décembre 1820 : Premières délibérations des négociants grecs de la ville en vue d’organiser ce culte et fonder une chapelle, rue St-Savournin.
  • Juin 1834 : Achat d’un terrain de 280 m² à l’angle des rues de la Rotonde et de la Grande Armée pour y bâtir l’Eglise.
  • Décembre 1834 : Inauguration de la première Eglise de la Dormition de la Vierge.
  • 1844 : Démolition de l’Eglise.
  • 1845 : Inauguration de la nouvelle Eglise de la Dormition de la Vierge, ancêtre directe de l’actuelle.
  • 1857 : Première restauration de l’Eglise.
  • Mars 1880 : Agrandissement de l’Eglise par acquisition du 19 rue de la Rotonde.
  • 1896/1897 : Deuxième restauration du bâtiment.
  • 2005/2006 : Troisième restauration importante du bâtiment.